samedi 7 mai 2016

Zone de confort ? Zone d'inconfort !

Aujourd'hui, c'est au frais dans mon appartement gorgé de soleil, depuis mon petit canapé douillet, que je vous écris. Le printemps me donne ce regain d'énergie (mais pas que), et m'a donné envie d'approfondir un sujet qui me tient à cœur, quelque chose qui fait partie de moi depuis quelques années maintenant et qui ne fait que se renforcer ces derniers mois : apprendre à sortir de sa zone de confort. Non, rassurez-vous, je ne prends pas de drogue, je ne vois aucun gourou, et je n'ai pas poussé de régime au point d'avoir des hallucinations. Mais j'ai découvert l'art de vivre "positif", depuis que... Je suis sortie de ma zone de confort.



C'EST QUOI UNE ZONE DE CONFORT, AU JUSTE ?

Chaque individu a sa propre zone de confort : on peut la représenter par une zone plus ou moins étendue selon les profils, dans laquelle se trouve tout ce que l'on connait. Une zone de confort est donc tout ce qui ne nous apporte aucune surprise dans la vie, que cela soit en bien ou en mal. Exemple : dans ma zone de confort il y a deux ans, se trouvaient : le trajet vers mon travail toujours en bouchons, un métier que je maîtrisais du bout des doigts, mais aussi une mauvaise ambiance journalière à cet endroit. Il y avait également mon homme, ma famille, les gens qui m'entourent, et les choses positives de ma vie. Il y avait mon plat préféré : les pâtes. Et mes chats aussi.

POURQUOI ON RESTE DANS SA ZONE DE CONFORT ?

Comme son nom l'indique, la zone de confort est "confortable" : les choses sont bien rangées, on ne peut pas avoir de surprise, ni faire "de grand saut", tout est contrôlé, on sait ce que l'on a et on a pas forcément envie de savoir ce que l'on pourrait avoir. On est parfois frustré, déprimé, démotivé, mais on se dit que les choses ne peuvent être que comme cela. On finit, avec le temps, par vivre la vie avec une certaine fatalité, on se raisonne beaucoup en essayant de maîtriser certaines envies soudaines qui nous font peur. Parce que dans le fond, notre mantra est plutôt "soyons sûr". On peut également avoir tendance, comme moi il y a deux ans, à se dévaloriser car la spirale infernale s'est enclenchée : tellement forgé et emballé dans notre zone de confort, on en finit par se dire que l'on est bon "qu'à ceci" ou "qu'à cela", que l'on n'a pas les compétences nécessaires pour faire autre chose (travail, nouveau hobbie, changement vestimentaire, physique,... il y a plein de possibilités). Pourtant, dans le fond, on ressent un manque et une envie.



QUITTER SA ZONE DE CONFORT, POURQUOI FAIRE ?

Et là, vient l'essentiel : pourquoi la quitter, cette zone qu'on connait si bien ? La réponse est : pour APPRENDRE. Quand vous quittez votre zone de confort, vous ne l'abandonnez pas, en réalité, vous l'agrandissez. Et plus vous allez loin, plus vous apprenez des choses, plus votre zone de confort est grande. Et plus votre zone de confort est grande, plus vous prenez confiance en vous, plus vous avez de choix dans la vie (au niveau du travail par exemple car vous avez changé de job et gagné d'autres compétences). Plus vous vous épanouissez. Bien sûr, il faut rester réaliste et y aller à son rythme car brûler les étapes n'est pas une bonne chose non plus. Mais posez-vous ces quelques questions :

- Est-ce que je ressens un manque dans ma vie ? Si oui, lequel ?
- Est-ce que je pourrais faire quelque chose pour m'approcher de mon but ? Quoi ?
- Qu'est ce qui me freine ? Comment puis-je contourner ce frein ?

Petit à petit, faites un pas. Puis l'autre. Tranquillement, à votre rythme. Et vous verrez dans quelques temps, en regardant en arrière, vous réaliserez que vous avez progressé. Personnellement, cela m'a beaucoup aidé quand je faisais des crises d'angoisses : j'étais si mal que ma zone de confort était devenue minuscule et se limitait à mon appartement. Alors je me suis fixé des objectifs simples et journaliers, tout en faisant des pauses certains jours quand ça n'allait plus. Petit à petit, j'ai repris confiance et j'ai continué ce chemin... Résultat, j'ai changé de job plusieurs fois (et donc gagné en compétences et en certitude de ce que je veux/ne veux pas) et je me sens enfin totalement raccord avec un emploi; je parcoure maintenant parfois jusqu'à 400km/jour tranquillement seule au volant; je reste positive et vois chaque embûche de la vie comme un défi à relever... 

KEEP IT SIMPLE!

2 commentaires:

  1. Très bon article. Je me suis déjà interrogée sur cette fameuse zone de confort. Pour ma part, ce n'est pas facile d'en sortir... Mais, j'essaie, petit à petit, de faire un pas sans en faire 5 en arrière...

    Bises, caresses aux deux minettes de ma part ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ce n'est jamais facile tu sais, à chaque fois il y a tout de même une période stressante, c'est pour ça qu'il faut y aller doucement :-) Courage, tu peux le faire ! Gros bisous et merci de tes passages réguliers <3

      Supprimer