dimanche 29 mars 2015

Le poids du bonheur.

Cela fait déjà quelques semaines qu'écrire cet article me titille, alors je me jette à l'eau (*plouf* - oui ça va je sors).

Pourtant, d'une part je me dis que c'est assez personnel, mais de l'autre, que je ne suis certainement pas la seule dans le cas et qu'en parler entre nous pourrait certainement ne nous faire que du bien. Le poids du bonheur, c'est quoi ? Pas le poids que je rêve de faire, non... Mais le poids que je fais quand je suis heureuse. Depuis toute petite, la nourriture a toujours été une "récompense", un réconfort. Je n'ai jamais été un enfant glouton qui grignote entre les repas, mais par contre, j'ai toujours eu un bon appétit à chaque repas, savourant chaque bouchée. Comme tous les enfants à l'époque, je jouais dehors, je faisais du vélo, je bougeais quoi. Mais j'ai toujours été ronde.

Weheartit


Alors quand l'adolescence a pointé le bout de son nez, je vous épargne le tableau des hormones, la crise,... La nourriture est vraiment devenue un réconfort et j'ai commencé à grignoter. S'en est suivi une prise de conscience vers mes 18 ans, quand j'ai atteint l'obésité morbide. J'ai alors entamé un régime assez strict, fait à ma façon. Sur un an, j'ai perdu 40 kilos et je ne me suis jamais sentie si légère... Mais je n'étais toujours pas satisfaite, je voulais continuer de descendre, je me voyais toujours aussi "énorme" pour reprendre mes termes de l'époque. Le quotidien se résumait à restrictions, estomac qui gargouille, moral d'acier pour "tenir jusqu'au prochain repas", éviter les sorties (car alcools et plats = trop de calories) et je mangeais comme un moineau... Là où d'autres avaient "la chance" d'avoir un super métabolisme qui leur permettaient d'ingurgiter sandwiches, frites, pâtes, le tout sans prendre un gramme mais en étant dans un bon poids de forme (je ne parle pas des filles minces à l'extrême qui n'arrivent pas à prendre de poids, et avec qui, au final, nous faisons toujours le même combat). Mon moral a été brisé le jour où j'ai perdu ma grand mère, et n'a plus eu la force d'assumer tout ce self-control. Apéritifs alcoolisés et plats plus copieux sont réapparus dans mon alimentation. Lentement mais sûrement, mes kilos sont revenus. Plusieurs fois j'ai tenté de me battre contre eux, de me dire "Non ! Je refuse de tout gâcher !". Mais étant en plus à l'époque dans un travail très stressant, il me fallait continuer de compenser. C'est ainsi que j'ai gardé la mauvaise habitude de manger trop souvent des pâtes, en trop grosses quantités (quand on me parle de 200g cuits comme un plat consistant, désolée, je n'y arrive pas), et de boire quotidiennement mon petit verre de vin rouge. De parfois m'octroyer un extra au restaurant, ou à la maison via un dessert. Objectivement, RIEN d'exagérément calorique ou gras ! Simplement, je vivais, je me faisais plaisir, j'étais heureuse quoi. Mais malheureusement pour moi, mon métabolisme ne suit pas, ne me permet pas de me faire ces extras sans grossir.

Weheartit


Là où ma façon de voir les choses a changé, c'est lorsque je suis tombée sur les photos de moi à l'époque où j'avais maigri. Globalement, oui, j'avais une "taille de guêpe", mais mes traits étaient tirés, et cela m'a rappelé à quel point chaque jour était un défi face aux frustrations à gérer. Il m'arrivait même d'avoir des crises de boulimie, générées par la frustration journalière... Là où je me suis le mieux sentie dans ma peau et mentalement était en réalité à un poids plus élevé, beaucoup plus raisonnable, mais là où l'IMC me déclarait en léger surpoids. Et c'est à ce poids là, que j'aimerais revenir. Pouvoir porter à nouveau mon 42 !

Tara Lynn




Mais c'est là que ça se complique. Mon corps résiste incroyablement bien à toute restriction maintenant : même en allant chez une diététicienne qui m'a suivi pour un régime hyperprotéiné, je ne perdais qu'un kilo par mois environ. Un kilo par mois, à ne manger que des salades, n'avoir droit qu'à 50g de pain par jour pour uniques féculents... J'ai trouvé ce sacrifice encore pire que celui que je faisais lors de mon premier régime. Et depuis, c'est une battle quotidienne dans mon esprit : vivre ma vie et mettre mon poids de côté, ou bien recommencer à me battre comme une lionne pour arriver à perdre ce poids et revenir à mon 42, tout à fait raisonnable ? Chaque jour se confrontent alors ces idées. Et chaque jour, je me dis que choisir, c'est renoncer. Que si je décide de mettre la priorité sur mon bonheur et pas mon poids, bref, de lâcher prise, alors je renonce et je dis adieu à ce rêve de retrouver la ligne comme je l'ai pourtant déjà fait une fois. Je dis adieu aux frustrations aussi, la vie en serait tellement adoucie ! Mais renoncer à retrouver ce poids dans lequel je me sentais si bien, non, je n'y arrive pas. Pourtant, je sais que si je décide de mettre la priorité sur mon bonheur, il se peut qu'en abandonnant toute frustration, tout cela puisse s'équilibrer et me stabiliser, voire me faire perdre un peu de poids ? Mais c'est aussi prendre le risque de grossir, ce qui m'éloignerait encore plus de mon "rêve" de retrouver ma taille 42. Un dilemme que je n'arrive pas encore à gérer, je tourne en rond. Pourtant, j'ai un mode de vie plutôt équilibré : je vais à la salle de sport trois fois par semaine pendant une heure minimum, et je ne mange pas excessivement calorique ! Mais apparemment, suffisamment pour ne pas perdre un gramme. Ni en prendre un d'ailleurs, ouf. J'aimerais tellement me lever un matin et savoir ce que je veux : maigrir OU lâcher prise et apprendre à m'aimer, à arrêter de me faire la guerre ? Souvent, mon penchant va vers le lâcher prise car je me rends compte quel travail de titan je vais devoir mettre en place pour perdre un gramme. Je me dis que je ne peux pas passer ma vie à me faire la guerre... Cependant, quand je prends cette décision, je ne peux m'empêcher de culpabiliser après et de me dire que "non, il ne FAUT pas abandonner"... Alors j'en suis là : vivre au poids du bonheur, ou au bonheur du poids ?

Et vous, êtes-vous dans un dilemme similaire ?
Quel est votre parcours ? Quels choix faites-vous ?
Comment vivez-vous tout cela ?

31 commentaires:

  1. Joli témoignage, très touchant. J'espère que tu trouveras vite ton "poids du bonheur" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! J'espère aussi, j'y crois ! :-))

      Supprimer
  2. Ton témoignage me touche je connais les régimes drastiques les heures de sport et aucun résultat sur la balance cette frustration
    Mais parfois et ce n'est pas simple il suffit de comprendre et admettre ce qui bloque cette perte de poids .... Tu verras une fois compris tes kilos s'envoleront comme par magie .... Mais comprendre n'est pas simple Perso il m'aura fallut du temps pour comprendre ��
    En tout cas je te souhaite plein de courage. Et bravo pour ton article

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, je me dis qu'il y a certainement une barrière psychologique aussi, mais difficile de comprendre laquelle... J'ai quelques pistes, mais pas de quoi les aboutir. En tout cas, pour l'instant. Si tu as des astuces pour parvenir à y voir plus clair, je suis preneuse :-) Merci beaucoup pour ton petit mot en tout cas, et bravo à toi d'avoir réussi à comprendre ce qui te bloquait !

      Supprimer
  3. Peut-être qu'il faut juste lacher prise, mon poids est régi chez moi par tout ce qui est psychologique, c'est tout bête mais quand tout va bien j'ai un poids très stable, et quand je suis contrariée il descend en flèche ... alors que je mange normalement tout le temps ! Des fois, il faut lâcher prise et ne pas trop controlé, et les résultats viennent tout seul ... Je n'ai pas de conseils particulier à te donner, mais il n'y a que toi pour savoir si se mettre de la pression pour ça, ça en vaut la peine ! Courage néanmoins !

    Bisous, Louise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton message Louise, ça fait du bien ! :-)
      Le lâcher prise me fait vraiment peur, en fait. Peur de voir ce poids grimper encore plus... Être dans l'obésité c'est comme si j'avais une épée de Damoclès au-dessus de la tête sans arrêt, me laissant moins de marge de manoeuvre qu'une personne en simple surpoids, du moins, c'est ainsi que je le ressens, et je me mets du coup énormément de pression. Dur dur.

      Bisous à toi et encore merci :-)

      Supprimer
  4. Merci pour ce témoignage,
    Je faisais 56kg pour 1m75 il y a 6 ans et aujourd'hui je refuse de monter sur une balance, j'ai vraiment vraiment grossi. Le problème c'est que je sport ne suffit pas pour maigrir et je ne me vois pas du tout manger des légumes verts sans "sauces" ni rien, du coup je ne sais pas. Je ne sais pas si c'est un manque de courage ou autre chose :s

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Coralie ! :-)
      Je suis dans le même état d'esprit niveau nourriture, tout manger tout fade non, je sais qu'à long terme ça m'angoisserait (nourriture réconfort...). Essaie peut être un jour sur deux pour commencer, t'adapter en douceur ? Rien de pire que de se priver de tout du jour au lendemain...

      Supprimer
    2. Merci pour ce conseil,
      J'essaie de temps en temps de faire des repas légers, mais je trouve que c'est plus simple en Eté avec tous les fruits et légumes. Et puis il faut trouver les bonnes recettes :)

      Supprimer
  5. J'ai pris des kilos quand j'ai commencé la fac. J'ai choisi la facilité avec les plats préparés. Maintenant que j'aime cuisiné, je fais davantage attention. Je suis comme toi, j'ai un grand appétit, manger me réconforte, j'aime les bonnes choses (bons plats, apéritif, resto, etc.). Depuis 1 mois et demi je suis à la diète, c'est à dire éviter le gras, le sucre, les grosses quantités : tout ce que j'aime quoi ! Je n'ai pas de balance donc je ne sais pas ce que j'ai perdu, mais je me sens plus légère et plus à l'aise dans mes vêtements. Je fais des exercices de Fitness tout les soirs, j'essaie d'aller courir et je commence la salle de sport au mois d'avril. Mais bon ce n'est pas simple, et les seuls moments ou j'arrive vraiment à me priver, et à jeûner c'est quand je suis déprimée. dès que je vais bien l’appétit revient !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon dieu on a le même prénom et en plus la même façon de penser xD
      Je suis totalement pareille, être à la diète, mis à part quand je suis déprimée, c'est juste PAS POSSIBLE... Courage et félicitations pour ton parcours en tout cas :-))

      Supprimer
  6. Ton témoignage est très beau, touchant et tellement vrai ... Je pense que beaucoup, et moi la première, s'y reconnaitront ! On est tellement nombreuses à lutter au quotidien contre nos démons, c'est fou !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laurie, c'est adorable :-)
      Effectivement, on est énormément ! Si seulement on pouvait juste vivre sans se soucier de tout ça... !

      Supprimer
  7. Je comprends ce que tu ressens par rapport à ton corps.
    Pour ma part, lorsque j'étais enfant, puis juste avant l'adolescence, je faisais beaucoup de sport, je mangeais bien mais sans plus (je n'aime pas la charcuterie ni le fromage, une chance! Par contre, tout ce qui est sucré, miam!!!). Puis l'adolescence, le regard des autres, des garçons, mon premier chéri, la pilule, le lycée...
    Je me suis mise à faire attention, à manger peu sans m'affamer...
    Et puis j'ai eu une vie à deux, et là, pif paf pouf, les petits plats, les sorties, le grignotage, les disputes, le grignotage pour compenser...
    J'ai quitté famille et amis pour partir à 700 km de chez moi, je me suis retrouvée hébergée chez une collègue (la nourriture -chocolat-gâteaux-desserts-bons petits plats), j'ai rencontré celui qui est devenu mon mari, je suis tombée enceinte (j'ai pris 17 kilos).

    Aujourd'hui, j'ai troqué mon 38 contre du 42 (je fais 1m60 pour 69 kg). Et je n'aime pas mon corps. Enfin, ça dépend des jours. Et quand je me regarde nue dans la glace (sortie de la douche, le moment que je déteste...), que je vois tout ce qui n'y était pas avant... Je crois que je suis restée bloquée dans ma tête au corps que j'avais à 18 ans (j'en ai 32, il serait temps que je fasse une mise à jours...).

    Aujourd'hui, après une prise de poids et quelques moments un peu down (accident de parcours, de vie, de l'âme...), je me dis que je vais enfin, peut-être arriver à m'accepter.

    Mon mari me dit que je suis belle, et que mes formes me rendent belle. Il ne me demande pas de maigrir, il ne me fait pas de remarques là dessus (il sait à quel point je suis blessée depuis les remarques cons entendues à l'adolescence), il me dit juste de faire attention à ma santé. Si je suis bien et en bonne santé, alors que j'apprenne à me voir avec ses yeux à lui: je suis jolie, ronde, voluptueuse, féminine...

    Si seulement c'était aussi facile!

    Tu as raison sur un point: ce n'est pas le poids sur la balance qui doit nous motiver, mais le poids du bonheur (très belle expression!!!). Le poids que l'on fait lorsqu'on est heureuse, lorsqu'on a le cœur qui chante, lorsqu'on ne fait pas attention à nos défauts, lorsqu'on aime ce qu'on voit dans le miroir...

    Il nous faudrait une école pour apprendre s'aimer.

    Merci de cet article. Ca fait du bien de voir qu'on n'est pas seules, dans ce genre de cheminement!!!! :)

    Bisous ma jolie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce beau témoignage Julie !

      Tu es tellement juste ! Et je me retrouve dans tes paroles, car moi aussi, j'ai l'impression d'être "bloquée" sur mon corps à 18 ans... Avoir une école pour apprendre à s'aimer ça aiderait déjà beaucoup, mais surtout, une école pour apprendre aux gens dès le plus jeune âge d'être respectueux envers tous. Parfois, une seule remarque peut briser des semaines d'efforts...

      Merci à toi en tout cas :-)

      Gros bisous et courage pour la suite :-)

      Supprimer
  8. Je me retrouve tellement dans toutes tes phrases! Je fais un 1m60 et suis montée jusqu'à 75kg et mon corps à commencer à se détraquer: grosse fatigue, douleurs aux genoux, j'étais triste voire agressive, essoufflée pour le moindre mini effort et je n'ai que 27ans, sans enfant! Ça a été le déclic, je me suis dit "mais jusqu'où tu vas comme ça!" Depuis des mois/années, je lis beaucoup de magazines, reportages sur la santé et suis calée niveau informations donc je n'avais plus qu'à me bouger en fait! On a qu'une vie donc depuis 2 mois, je fais 1/2h de sport à la maison par jour, c'est peu mais sur une semaine (1jour de repos!) c'est beaucoup! Je contrôle mes apports caloriques avec l'application Myfitnesspal, je me fais plaisir à chaque repas avec fruits/légumes, carré de chocolat aux noisettes le midi, soupe maison, smoothies maison... Et ça paye, -4kg en 2 mois alors oui c'est peu mais c'est toujours ça! Chouchoute ton corps en lui donnant le meilleur (sport-alimentation-instants beauté rien qu'à toi) et je crois qu'il te remerciera, c'est ce que je me suis dit. Je suis persuadée que tu vas avoir toi aussi ton déclic pour repenser ton corps, ta façon de vivre, de prendre soin de toi. Courage et gros bisous!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message Aude ! :-)

      J'ai pensé comme toi : "mais où tu vas làààà ?!", l'avenir me fait peur avec une santé nulle... Du coup c'est vraiment ça qui me motive à aller à la salle avant même de penser aux kilos : avoir une bonne condition physique ! Tu peux être fière pour tes 4kg perdus car en bougeant autant (c'est quand même beaucoup ce que tu fais sur une semaine, mine de rien !), tu prends du muscle et tu perds de la graisse, ce qui fait normalement stagner la balance les 3 premiers mois m'a dit mon coach :-)

      Merci encore d'avoir pris le temps de partager !
      Gros bisous et courage à toi aussi, merci :-)

      Supprimer
  9. Poulette nous avons pratiquement le même problème. Poids qui ne bouge pas malgré un apport calorique RAISONNABLE et plusieurs séances de sport par semaine.

    Je dois faire bientôt un point avec mon coach à la salle, qui m'aide également pour le côté nutritionnel. Il m'a demandé de lui noter sur 15 jours TOUT ce que je mangeais, avec les heures car il pense que mon problème ne vient pas de ce que je mange mais quand je le mange dans la journée (c'est aussi ce que pointe du doigt le bouquin "Le régime des filles qui ont toujours faim" une vraie mine d'infos intéressantes!). Mercredi je lui rend mon journal (et j'en recommence un de 15J) et il va regarder et me dire ce qui va et ce qui ne va pas.

    En gros il m'a dit "tu manges ce que tu veux, mais tu prends des féculents uniquement le matin et le midi, car après tu les stocks directement). Il m'a dit de boire beaucoup, genre vraiment, 1 à 2 gorgée tous les quarts d'heure pour être au top (je travaille la dessus mais c'est hyper difficile de penser à boire souvent!). L'eau aide à réguler la sensation de faim si on en boit régulièrement.
    Le soir il m'a conseillé de manger une très grosse salade (fiesta de crudité à volonté, blanc de dinde et poulet ou un très gros bol de soupe, il m'a dit qu'il n'y avait pas de soucis à prendre une tranche de pain avec du fromage (BORDEL DU FROMAGE) <3), de prendre un laitage, un ou deux fruits et une grosse infusion. Il m'a dit que l'idéal c'est de sortir de table en ayant une légère sensation de faim, de se dire qu'on pourrait manger plus mais que, comme on va lit, ça ne sert à rien.

    J'essaye d'appliquer la sacro sainte des 5 fruits et légumes par jours, et comme je ne travaille pas, les jours ou je ne vais pas à la salle je remplace volontiers mes féculents par plus de légumes dans l'assiette ou par un fruit. Après tout ces jours là je n'ai aucune activité physique, je n'ai pas besoin de sucres lents.


    J'ai pioché un tas d'idée sur Pinterest et dans le bouquin du régime qui ont tout le temps faim, du genre une phrase que j'ai vraiment retenue "ne buvez pas vos calories" et c'est vrai, que sans s'en rendre compte certaines boissons explosent le compteur & pourtant on a rien mangé. Je ne sais pas encore si je vais attaquer le régime du bouquin ou non (qui se fait sur 4 semaines et dont le but est de NE JAMAIS AVOIR FAIM <3) mais j'y ai vraiment pioché plein d'astuces et de recettes :) :)


    (SUITE APRES CAR "Impossible d'accepter votre texte HTML: Doit comporter au plus 4 096 caractères." oups :p)

    RépondreSupprimer
  10. (LA SUITE Donc )

    Je pense que tu peux obtenir tout ce que tu veux. Je ne vois pas pourquoi le lâcher prise t'empêcherais de perdre du poids. J'ai l'impression que tous les régimes étaient hyper restrictifs et manquaient surtout de fun, je suis sûr qu'il y a tout un tas d'aliments hyper sain dont tu raffole, éclate toi avec la nourriture, n'en fait plus un vilain ennemi..Après tu es peut être tellement focalisé par les chiffres de la balance que tu te stress/te bloque ou te mets vraiment trop la pression sur ton poids qui dois descendre.. Je pense vraiment qu'il faut que tu souffle un peu par rapport à tout ça.

    Je comprends ton dilemme car manger sain & perdre doucement du poids c'est un travaille difficile mais ça te construit un bon capital santé pour plus tard, et de l'autre tu en as déjà tellement bavé.. Peut être faire une pause pendant quelques temps, pour que déjà ton esprit se sente mieux ? Apaisé ? Si ton esprit va bien après je ne vois pas pourquoi, hyper boostée ton soucis de poids stagnant ne libérerait pas au fur et à mesure ?


    J'ai récemment changé a façon de faire les courses, après tout si on achète que des bonnes choses, on ne peut manger que des bonnes choses. Je ne me rend plus jamais dans une grande surface le ventre vide, c'est tellement diabolique! Je remplie au max mon caddie de légumes (et je me force un peu plus pour les fruits, d’où l'opération SMOOTHIES ^^), je prends pas mal de filet de truite et de poulet, parfois du hâché de bœuf (pour faire des poivrons farcis miam!), j'évite au maximum tout ce qui est transformé (je m'autorise des pâtes farcies de bonne qualité de temps en temps) et les rayons diaboliques ou je ne mets plus les pieds (chips, chocolat, gâteaux industriels). Au début c'est dur donc j'y suis allée progressivement en supprimant les indésirables petit à petit) mais maintenant je remplie vraiment mon caddie avec plaisir, j'ai plaisir à choisir, acheter, préparer, cuisiner tout ça.

    Et en parlant de plaisir, le plaisir de manger ce que l'on a dans notre assiette change vraiment tout. Je sais que j'ai peut l'air un peu ridicule (?) sur Instagram avec mes photos de crudité en soleil dans l'assiette mais j'ai l'impression que ça aide. Quand je vois cette assiette bien préparé, toute belle, que je pense que temps que j'ai passé à la préparer j'ai ENVIE de la manger (même si c'est des foutus CONCOMBRES ^^') et je prends vraiment du plaisir à manger.


    (Bon toujours trop gros, la suite bis, plus bas...)

    RépondreSupprimer
  11. (suite bis désolé pour ce bazarre..)

    Je commence à me sentir mieux par rapport à tout ça et mon poids semble très doucement vouloir repartir à la baisse, et je me dis que quand mon corps sera bien prêt je verrais les kilos s'en aller et cela me motivera d'autant plus, que j'aurais envie de faire plus de kilomètres sur le tapis, ou sur le vélos et de continuer à manger bien.

    Savoir ce qu'on aime, ce qui nous aime et nous va et franchement le plus difficile et je n'en suis pas encore là. Ex : je sais que les fromages blanc zéro (enfin maintenant ils sont tous à 3%) sont une bonne source de protéine, de calcium et j'en passe..mais dernièrement je m'en suis un peu dégoutée (on s’éclate pas vraiment avec un fromage blanc pas vrai ?!) du coup j'en mange beaucoup moins et surtout différemment : j'y ajoute des fruits ou de la vanille, ou je m'en sers pour faire de la sauce aux herbes. Je n'insiste pas avec les fromages blancs car je n'ai pas envie qu'ils me rendent folle, même s'ils sont super bons pour moi..


    Je te souhaite de réussir dans ce que tu entreprendras, de prendre soin de toi surtout, et de te faire plaisir malgré tout, ne regrette rien plus !
    J'ai trouvé ton discours courageux et touchant <3 <3 <3 J'imagine que ça fait du bien aussi :) Hésite pas, je pense qu'on est nombreuses à galérer et qu'on doit et peut toutes s'entraider, se soutenir et se réconforter.

    Bon courage et j'espère que tout ira bien pour toi.


    PS : Désolé de l'immense pavé de lecture
    Aurélie....de macaron-rose à l'abandon. Ahum

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hooo merci pour ce super message ma belle, ça me touche ! :-)

      Ton parcours m'encourage et m'inspire beaucoup, tu me redonnes un souffle de motivation, merci ma poulette :-) Tu as entièrement raison, et comme toi, j'y vais progressivement. Peut-être est-ce le fait d'en avoir tellement bavé avant qui me rend impatiente, insatisfaite, et donc à vite baisser les bras ? Je me donne pour objectif de tenir un mois VRAIMENT sainement, avec écarts modérés, reprendre le contrôle comme je le peux.

      Et comme toi ces derniers jours je reprends plaisir à me préparer des crudités, savourer ce que je mange, ce que j'ai mis du temps à préparer. Et puis c'est si savoureux ! :-D

      Courage ma belle, on va se soutenir !

      Gros bisous et félicitations pour ton parcours :-)

      Supprimer
  12. Salut,

    Juste pour te dire que j'ai pour ma part eu ce genre de métabolisme qui s'est arrêté quand j'ai arrêté la pilule alors si tu prends la pilule, essaie une année sans et vérifie que cela ne soit pas les hormones qui agissent sur ta "conservation" de poids J'avais très faim te mangeais plus que nécessaire sans arriver à me contrôler et les kilos pris suite à l'arrête de la cigarette ne voulaient plus disparaitre malgré un super régime alimentaire et dus port.
    Or depuis que j'ai arrêté la pilule j'ai tout perdu progressivement sans effort particulier !

    A tenter moi j'dis ^^

    L'article où j'en parle (entre autres bienfaits après l’arrêt de la pilule) : http://ca-se-saurait.fr/2014/11/05/jai-teste-pour-vous-arreter-la-pilule-apres-10-ans-de-prise-partie-1-les-effets/

    Bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage Sabrina, j'en prends bonne note, c'est vrai que je la prends aussi, ça m'a déjà traversé l'esprit... Une piste à creuser :-)

      Bisous !

      Supprimer
  13. J'ai un métabolisme qui fait que je ne grossis pas. Mais j'ai l'âge de mes artères. Par contre ton récit est plein de prise de recul et de la VRAIE question: Se faire plaisir ou entrer en guerre.....
    Et j'ai beaucoup beaucoup apprécier cette phrase: je ne parle pas des filles minces à l'extrême qui n'arrivent pas à prendre de poids, et avec qui, au final, nous faisons toujours le même combat > MERCI. Ce n'est pas le mien mais celui de mes parents à l'époque et MERCI pour la justesse de ton écrit et de ta pensée. Tu es juste... sur le bon chemin. Autant de prise de recul et justement de justesse dans les propos... je ne peux qu'applaudir. Merci encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire ma belle, ça me touche :-)
      C'est vrai, nous faisons toutes le même combat, et je trouve que les filles minces sont souvent et inutilement "rejetées"... Alors qu'elles souffrent, elles aussi ! Il paraît que l'on est jamais satisfait de ce que l'on a tant que l'on apprend pas à se poser et apprécier ce que l'on a... Et du coup j'ai cette question de "guerre ou paix ?" qui se pose sans arrêt. C'est vraiment ce dilemme de "choisir, c'est renoncer", je ne sais pas si je veux renoncer et à quoi je voudrais renoncer... Prise de tête ! x)

      Gros bisous et encore merci à toi :-)

      Supprimer
  14. Bonjour
    De mon côté j ai perdu du poids en arrêtant la pilule, l alcool, la cigarette : pour avoir un corps sain, non parasite par des trucs pas nets. Et aussi avec la méthode linecoaching. Elle t apprend a decorreler les émotions de la nourriture. Et donc à trouver le poids du bonheur : celui ou tu es juste heureuse! C est bien sur l option lâcher-prise :) la seule valable sur le long terme je pense.
    Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces bons conseils, plein de bon sens ! :-)

      Supprimer
  15. Vos témoignages sont touchants et nous sommes nombreuses et nombreux à souffrir. Toutefois, pour ma part, après avoir essayer différents régimes alimentaires, il y en a un qui semble fonctionner sur moi et pourquoi par sur vous, fini les régimes crève-la faim ; celui-ci consiste à changer certains ingrédients dans les pâtisseries, pâtes et pains... plus question de se priver, je mange à ma faim, je fais pas mal de pâtisseries et des plats de toutes sortes. Vous connaissez peut-être le régime des index glycémiques bas ? Il n'est pas compliqué à mettre en place, pas difficile à comprendre. Certaines personnes perdent 4 kg par semaine, moi 2 kg et en 6 mois j'ai donc perdu 12 kg, pareil pour mon mari.Si vous adoptez ce régime alimentaire, il faudra le suivre à vie... vos prises de sang redeviendront normale, plus de diabète T2, plus de tension, vous vous sentirez légère grâce à une bonne digestion. N'hésitez pas à aller consulter les sites qui parlent de l'index glycémique bas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,

      Oui j'avais entendu parler de ce régime, il m'a beaucoup intriguée mais je n'ai jamais été chercher plus loin... Mais tu m'as donné envie ! Merci à toi pour tes bons conseils :-)

      Supprimer